FoodTech : quand l’alimentation se nourrit du numérique

Foodtech, quand l'alimentation se nourrit du numérique


Dans la famille de la FrenchTech, il y a la GreenTech, l’EdTech, la MedTech… mais aussi la FoodTech, un écosystème porteur de sens et de potentiel au pays de la gastronomie ! Gros plan sur ce secteur en pleine effervescence avec Nathan Hallouin, fondateur de MonsieurGourmand.com.

La FoodTech française en bref

La FoodTech désigne l’ensemble des acteurs ayant recours aux outils numériques pour révolutionner la filière agroalimentaire, la transformation ou encore la distribution de produits. Autrement dit, elle peut être résumée par, comme le clame le slogan, « la révolution numérique et entrepreneuriale, de la fourche à la fourchette ». En clair ? La FoodTech est la technologie appliquée à l’alimentation au sens large.

« Dans la FoodTech, nous adressons des marchés cibles, non exploités, à l’aide d’outils existants et de créativité. On observe d’ailleurs de plus en plus d’innovations hybrides », précise Nathan Hallouin. Pour cela, l’écosystème est composé de producteurs, d’entrepreneurs, d’experts… soit de nombreux métiers issus des différents domaines de l’alimentation : production, transformation, distribution et consommation.
 

Tout savoir sur le label FoodTech
Le label FoodTech est l’un des réseaux thématiques de la FrenchTech, l’écosystème des start-up françaises. Il peut être attribué à des entreprises ou à des territoires regroupant légitimité, savoir-faire et outils, qui offrent un terreau favorable à la FoodTech. Tel est le cas de Dijon Bourgogne-Franche-Comté, Brest, Lyon, Montpellier ou encore Rennes / Saint-Malo, territoires labellisés FoodTech sur lesquels se concentrent grands groupes, PME, start-up, lieux de formation, d’animation et pôles R&D.

Les tendances de la FoodTech

La famille de la FrenchTech est vaste ? Celle de la FoodTech l’est tout autant. Elle comprend sites et applications, solutions logicielles ou accessoires de cuisine, électroménager et produits alimentaires. Voici quelques défis illustrant les tendances de la FoodTech !

  • La personnalisation de la consommation, de la commande à la livraison en passant par le choix des menus, et l’importance de proposer une offre adaptée, en réponse à la multiplication des régimes et allergies alimentaires.
  • Une exigence de transparence, de qualité et de sécurité sanitaire, notamment via la traçabilité et la proximité entre consommateurs et producteurs afin de pallier le déficit de confiance en l’agroalimentaire.
  • De nouvelles alternatives alimentaires pour compléter ou remplacer la viande, répondre aux problématiques environnementales posées par sa production et anticiper une éventuelle pénurie face à l’accroissement de la population mondiale.
  • Une demande croissante de bio, de naturel et de démarches engagées : écologie, chasse au gaspillage, consommation responsable, partenariats équitables, produits locaux et de saison…

Si la FoodTech a le vent en poupe, les enjeux sont à la hauteur du challenge. Le marché alimentaire a ses particularités, notamment des tendances qui changent vite et une internationalisation difficile, chaque pays possédant une culture gastronomique unique. Pour les start-up innovantes, il est donc important de bénéficier d’un accompagnement de qualité à chaque étape et d’une vision à long terme définie en amont !

« Le véritable défi pour les entrepreneurs de la FoodTech est de gagner de l’argent », résume Nathan Hallouin. « Il n’est pas toujours simple de trouver les modèles économiques qui permettent de faire exister des projets, même s’ils sont incroyables ! »
 

MonsieurGourmand.com, exemple de start-up FoodTech

MonsieurGourmand.com est une start-up française née d’une vision : celle de Nathan Hallouin, intrigué par la problématique de la livraison de produits traiteur en France. Quelques rencontres, une belle idée et de nombreuses recherches plus tard, MonsieurGourmand.com voit le jour. « Notre métier consiste à créer des offres et des solutions sur-mesure pour des clients professionnels, partout en France. Le fait de ne traiter qu’avec un seul et même interlocuteur leur permet de gagner du temps et de simplifier les process. », précise le fondateur.

Née en 2014, la start-up évolue au fil des conseils, des associations… et des contrats. « Pendant 5 ans, nous avons grandi au rythme des clients », explique Nathan. L’entreprise s’adapte au gré des demandes et des besoins identifiés, se recentrant sur les clients professionnels en 2016 avant d’étoffer son portefeuille de prestations ce, avec une valeur ajoutée : la livraison partout en France. En 2018, MonsieurGourmand.com affiche plus de 350 clients et 2 183 événements réussis dans l’année, ce qui représente l’occasion de passer au niveau supérieur… « Nous avons attendu jusqu’à la fin de l’année pour faire entrer des investisseurs au capital banque et approcher des business angels ». Résultat ? Une levée de fonds de près de 1,2 millions d’euros pour accélérer le développement !

« À l’origine de MonsieurGourmand.com, il n’y avait ni tech ni innovation », s’amuse Nathan Hallouin. « Il s’agissait plutôt d’un process commercial autour duquel une logistique s’est mise en place. » Le comble pour une entreprise de la FoodTech ? Pas vraiment. « Au fil du temps, la technologie est devenue incontournable pour monter en charge et sécuriser le service. Depuis environ 3 ans, le développement prend une place grandissante. » La preuve avec le Desk en cours de création, une nouvelle offre clé en main pour faciliter la gestion des coûts traiteurs par les professionnels.
 
« Je trouverais fantastique que la FoodTech permette de corriger certaines problématiques industrielles issues de nos usages, comme le gaspillage ou la traçabilité », conclut le fondateur de MonsieurGourmand.com. Avis aux entrepreneurs innovants : la FoodTech n’attend plus que vous !
 

Crédit photo : Pexels / Kerde

Autres actualités