Lexique – Décryptez le langage de la levée de fonds

définition lexique levées de fonds


En France, les levées de fonds se multiplient et il ne passe pas un jour sans qu’on en entende parler. Il s’agit d’ailleurs d’une étape incontournable dans la vie d’une start-up. Vous êtes prêt à franchir le pas, mais vous vous perdez dans certains termes techniques ? CIC Place de l’innovation vous a concocté un lexique afin d’y voir plus clair dans le dialecte des levées de fonds.

 

Augmentation de capital

Comme le terme l’évoque, l’augmentation de capital consiste à accroître ses ressources stables. Oui, mais comment ? L’entreprise émet de nouveaux titres financiers destinés à être achetés par des actionnaires déjà présents ou par de nouveaux actionnaires en vue d’une levée de fonds. En somme, il s’agit d’un financement par les marchés boursiers qui permet à l’entreprise de se développer ou de surmonter des difficultés financières.

Attention ! Les capitaux propres n’ont pas vocation à être remboursés, au contraire d’un emprunt bancaire. En revanche, ils donnent aux investisseurs un droit de vote et un droit aux dividendes.

Amorçage

La phase d’amorçage, c’est un peu le début de la course à la croissance d’une start-up. Le moment de mettre son produit ou son service innovant à l’épreuve du marché, voire peut-être même de pivoter. Et pour générer plus de croissance, il faudra recruter les postes stratégiques dédiés aux services techniques, commerciaux ou marketing.

À ce stade, le développement d’une start-up sera financé via un premier tour de table, et bien souvent par des business angels ou de la love money. Il est effectivement très rare que des fonds d’investissement interviennent à ce stade, dans la mesure où l’incertitude est encore trop importante.

Business angel

Les business angels sont des particuliers qui investissent leur argent personnel dans des sociétés innovantes à très fort potentiel. Ces « financeurs providentiels » sont souvent eux-mêmes des fondateurs ou dirigeants d’entreprise accomplis, ainsi que d’anciens CEO.

Une start-up qui ouvre son capital à ces derniers peut s’attendre à bénéficier non seulement d’un apport en capital, mais également de l’expérience et des conseils des financeurs. Le business angel idéal peut ainsi être défini en quatre mots : humain, confiance, réseau et expérience. De plus en plus nombreux en France, ils jouent un rôle de levier indéniable dans l’univers des levées de fonds.

Capital d’amorçage

Il s’agit des fonds investis dans une entreprise pour financer son démarrage. Le capital d’amorçage permet de concrétiser son projet innovant, de prouver la faisabilité d’un concept et de lancer un service ou un produit. Il est généralement utilisé pour financer des frais tels que la recherche et développement, les loyers, ou encore les premiers prototypes.

Cette première levée de fonds n’est pas celle au montant le plus important, mais elle est cruciale. En effet, une entreprise sur trois ne passe pas le cap des 3 ans en France. Les premiers investisseurs en capital d’amorçage sont naturellement les fondateurs de la société, la love money ou les business angels. Lors de ce premier tour de table, la levée de fonds peut atteindre des dizaines, voire des centaines de milliers d’euros.

Capital développement

Votre entreprise a plusieurs années d’existence, une profitabilité indéniable et de belles perspectives de croissance ? Le capital développement s’adresse à vous. Cette levée de fonds peut servir à améliorer les produits ou services de l’entreprise, voire à en créer un nouveau, à intégrer de nouveaux marchés, à recruter des talents, mais aussi à communiquer auprès des clients. Son montant est généralement plus important qu’en capital amorçage, puisqu’il est moins risqué.

Cash flow

On désigne par cash flow l’ensemble des flux de liquidités générés par les activités d’une société. En français, on parle de flux de trésorerie. C’est un indicateur phare à partir duquel on peut évaluer la solvabilité et la pérennité d’une entreprise. Il révèle aussi sa prédisposition à financer ses investissements à partir de son exploitation ou sa capacité à distribuer des dividendes à ses actionnaires.

Early stage

La phase d’early stage suit celle de l’amorçage. Le produit ou le service est lancé, le business model validé, le développement débute et le chiffre d’affaires commence à avoir une certaine traction. C’est à ce moment-là que la start-up cherche à obtenir des financements.

Elevator Pitch

Cette expression anglaise désigne le petit discours de présentation d’un projet à un financeur potentiel ou à un supérieur hiérarchique, qui ne dépasse pas le temps d’un trajet d’ascenseur. En somme, c’est un argumentaire éclair de moins d’une minute correspondant à la version courte du pitch. L’idée n’est pas de donner tous les détails de son projet, mais d’attiser suffisamment la curiosité de son interlocuteur pour lui donner envie d’en savoir plus. Un art que tout entrepreneur doit maîtriser.

Levées de fonds

Votre start-up se développe, mais elle pourrait croître encore plus rapidement avec davantage d’argent ? Il est peut-être temps de passer par la case levées de fonds ! Ces opérations consistent à faire entrer des investisseurs privés ou publics dans le capital social d’une société. Ces derniers reçoivent des titres en contrepartie et peuvent aussi prendre part aux décisions. Dans l’univers des start-up, la levée de fonds est un sujet incontournable, et ce à tous les stades de son évolution.

Seed

Il s’agit du premier vrai tour de table auprès d’investisseurs qui permet de lancer votre projet. Il suit le pré-seed, dont le but a été de valider l’existence d’un marché. En français, on l’appelle également levée d’amorçage : il fait suite à l’apport d’argent par des proches au lancement du projet. Ainsi, le Seed a pour objectif de financer le test du projet sur le marché visé et la création de traction supplémentaire. Habituellement, il est compris entre 250 000 et 1 million d’euros.

Valorisation

Si vous décidez de faire appel à des investisseurs, il vous faudra valoriser votre start-up, pour pouvoir définir la répartition de capital entre les futurs actionnaires. La valorisation est donc l’estimation de la valeur financière de votre entreprise. Mais qu’est-ce qui fait la valeur d’une start-up ? Question difficile, à laquelle il n’existe pas de réponse tout faite.

Cette estimation tient compte de ses résultats financiers passés et de son potentiel futur. Problème : la multitude d’éléments à prendre en compte dans le calcul rend le processus de valorisation complexe. En réalité, il n’y a pas de méthode officielle pour valoriser une start-up, mais de nombreuses techniques financières.

 

Et voilà, vous parlez couramment le dialecte financier ! Mais attention, les levées de fonds ne sont pas une fin en soi : encore faut-il les transformer en un vrai succès. Comme à chaque étape de la vie d’un projet innovant, se faire accompagner peut être judicieux. Pour rester au fait des dernières levées de fonds, mais aussi des actualités liées à l’innovation, à la création et au développement d’entreprises innovantes, inscrivez-vous à notre newsletter.

Autres actualités