Prêts bancaires : quels critères pour une start-up ?

Prêts bancaires : quels critères pour une start-up ?
 
Chaque porteur de projet est amené, un jour ou l’autre, à pousser la porte d’une banque et à faire une demande de prêt, dans le but de développer son projet innovant. Mais quels sont les critères auxquels les banquiers vont s’intéresser pour accorder des prêts bancaires à une start-up ? Nous vous éclairons sur le sujet avec les conseils de Thomas Bossanne, Chargé d’affaires entreprises et innovations chez CIC Lyonnaise de Banque.

Les critères non financiers : la start-up et son marché

L’équipe et l’écosystème qui l’entoure

Tout d’abord, l’intérêt des banquiers s’oriente autour de l’équipe qui prend part au projet : qui sont les fondateurs ? Quels sont leurs parcours ? Et leurs compétences ? Ces questions sont essentielles, puisque les enjeux sont susceptibles de varier en fonction du statut des porteurs de projet – une demande de prêt bancaire ne sera pas traitée de la même manière s’ils viennent tout juste de terminer leurs études, ou s’ils ont déjà une carrière avancée avec un certain réseau, par exemple.

Ensuite, l’écosystème qui gravite autour de la start-up est également analysé. Les dirigeants sont-ils entourés de consultants, de comptables, de coachs, d’un board ou d’un conseil stratégique ? Ont-ils toutes les ressources nécessaires dans leur réseau ?
 

Redécouvrez le répertoire de l’entrepreneur innovant !

Le projet et le marché

Après l’aspect humain vient le sujet du marché sur lequel la start-up souhaite se développer. Plus les entrepreneurs parviennent à se montrer novateurs et disruptifs, plus l’accompagnement bancaire sera significatif, notamment en matière de financement. À condition de réaliser une étude de marché complète au préalable, et de donner ainsi du poids au projet : est-ce que le produit ou le service répond à un réel besoin ? Qu’en est-il de la preuve de concept (POC) ou du MVP (minimum viable product) ?
 

À découvrir : Infographie – Financement : que cherchent les investisseurs ?

Les critères financiers : les fonds et les dépenses

Le capital financier

Évidemment, l’humain et le projet en tant que tel ne suffisent pas pour prétendre à des prêts bancaires. Les banques s’intéressent aussi, forcément, au capital financier : la start-up a-t-elle effectué une récente levée de fonds ? Bénéficie-t-elle de subventions, d’aides publiques, de capitaux provenant d’investisseurs ? Ici, la banque ne joue pas le rôle d’un fonds d’investissement mais apporte un effet de levier aux sommes déjà récoltés, non dilutif pour les fondateurs, permettant à ces derniers de maximiser les ressources disponibles pour le développement de la société.

Le cash burn

Le second critère financier impactant une demande de prêt bancaire est l’analyse du cash burn par rapport au business plan : comment la start-up dépense-t-elle, et jusqu’où pourra-t-elle aller avec un prêt ? Pour tout entrepreneur qui se lance, le nerf de la guerre est de parvenir à réunir suffisamment de financements pour s’assurer de développer au mieux son projet !
 

À lire : Financer son projet innovant : focus sur le capital-innovation

 
L’équilibre général du projet, la pertinence du business plan, des stratégies et des dépenses ainsi que du plan de développement sont autant de critères auxquels les banques s’intéressent. Et si la demande de prêt est rejetée ? Pas de panique, c’est peut-être uniquement une question de timing ! Dans l’idéal, il est préférable de garder le contact établi et de présenter son projet dès que le moment semble opportun !

Merci à Thomas Bossanne pour ses précieux conseils.

Autres actualités