Premier recrutement d’une start-up : 5 erreurs à éviter

Recruter un premier collaborateur pour sa start-up : 5 erreurs à éviter

Votre jeune entreprise se développe et vous envisagez un premier recrutement ? Vous entamez une nouvelle étape dans la vie de votre start-up, et pas des moindres ! Comme lorsqu’il s’agit de trouver le bon associé, certaines bases sont à connaître… et certaines erreurs à éviter. Détendez-vous et prenez des notes : CIC Place de l’innovation fait le point sur 5 pièges à contourner !

Erreur n°1 – Ne pas solliciter son réseau

En tant qu’entrepreneur, vous avez construit un réseau : il est temps de le mettre à profit. Tout d’abord, laissez de côté annonces, chasseurs de tête et commencez par le bouche-à-oreille ou les réseaux professionnels ! Réseaux sociaux spécialisés et personnels, amis et clients, dîners et réunions… Profitez de chaque occasion pour parler de votre premier recrutement et faire une recherche aussi large que possible. Vous pourriez bien avoir de belles surprises !

Erreur n°2 – Ne pas penser aux formalités en amont

Une première embauche implique son lot de démarches et de décisions. Pour décupler vos chances de recruter efficacement, prenez le temps de faire le point en amont. Pensez notamment à choisir le contrat qui conviendra le mieux à votre start-up !

  • Le CDI est un engagement à long terme. Il ne peut être interrompu que par démission, licenciement ou rupture conventionnelle et impose une dépense fixe, quelle que soit votre croissance.
  •  

  • Le CDD est plus coûteux du fait des indemnités de fin de contrat, plus flexible du fait de sa durée déterminée… mais strictement encadré en termes de prolongement ou de reconduction. Gare aux délais de carence, notamment !
  •  

  • Le contrat de stage. Attention, un stagiaire est là pour se former, il ne s’agit pas d’un employé ! Un stage ne peut servir à remplacer un salarié ni durer plus de six mois. À l’instar d’un CDD, il est sujet à un délai de carence et impose une gratification à partir d’une durée de deux mois.

Erreur n°3 – Ne pas définir avec précision le poste

Comme s’il s’agissait d’un pitch ou d’un business plan, veillez à rédiger une véritable fiche de poste qui décrit les missions avec précision ! Même si celles-ci évoluent par la suite, une vision détaillée du poste à pourvoir est indispensable. En plus de faciliter le processus de recrutement, cela permet d’éviter les erreurs de casting !

Erreur n°4 – Décider seul(e)

Même le meilleur des entrepreneurs, aussi compétent soit-il, est humain… et donc sujet au coup de cœur professionnel pas forcément justifié. Pour être sûr de rester objectif et juste dans ses choix, mieux vaut se faire accompagner lors des entretiens. Rencontrez plusieurs candidats, prenez le temps de vérifier leur motivation et leur expérience… Et ne négligez jamais l’avis de celui ou celle qui vous épaule ! Si le dernier mot vous appartiendra toujours, un conseil avisé peut vous aider à dénicher la perle rare.

Retrouvez aussi notre édito sur l’importance de l’accompagnement !

Erreur n°5 – Sous-estimer les démarches administratives

Une fois le contrat choisi et le candidat idéal trouvé, le bal des formalités commence : mieux vaut en connaître les rouages avant de se lancer !

Cette liste n’est évidemment pas exhaustive, les erreurs peuvent être nombreuses : se précipiter, négliger l’importance de la culture d’entreprise ou des soft skills… Signe de bonne santé mais également challenge à relever, ne vous laissez pas impressionner par ce premier recrutement : c’est grâce à une équipe que votre jeune pousse pourra atteindre des sommets !
 

Crédit photo : Designed by jannoon028 / Freepik

Autres actualités