Design thinking : 3 bonnes raisons de s’y mettre

Les avantages du design thinking

Vous hésitez à céder aux sirènes du design thinking, ce mode de résolution des problèmes alliant pensée analytique et créative ? Si tous les grands de l’innovation semblent l’avoir adopté, il y a sans doute de bonnes raisons. Concrètement, quels bénéfices pouvez-vous en tirer ? Nous revenons sur les avantages du design thinking avec Matthieu Lerat, designer d’expérience chez Niji.

1/ Mieux connaître les besoins des utilisateurs

Tout processus de design thinking commence par la définition d’un problème à résoudre pour les utilisateurs. Ces derniers sont au centre du concept : « La méthode est basée sur l’observation des utilisateurs, afin de comprendre leurs besoins et leurs attentes », résume Matthieu Lerat.

L’idée n’est donc pas de créer à tout prix, mais d’analyser le consommateur et de définir ses problématiques pour, ensuite, y répondre de la meilleure des manières. De la définition à la résolution, le design thinking englobe ainsi une vaste gamme de pratiques de collaboration et d’immersion orientées vers l’utilisateur. « Pour des porteurs de projet, ces techniques permettent de réfléchir user centric avant de penser à la technologie ou à l’aspect business » précise le designer d’expérience.

2/ Mettre l’expérience utilisateur au premier plan

À l’ère des données et de la personnalisation, le nerf de la guerre n’est ni le produit, ni le service, mais bel et bien l’expérience des utilisateurs. Or, l’expérience est la racine du design thinking, qui remet le consommateur et ses attentes au centre.

« Les consommateurs ne recherchent plus des produits ou des services. Ils cherchent à vivre des expériences ! »

Si la méthode rassemble diverses techniques de génération d’idées, toutes ont un point commun : « elles permettent de se poser les bonnes questions », révèle Matthieu Lerat. Autrement dit, de penser la solution côté utilisateur pour dénicher un concept novateur, certes, mais surtout appliqué à la réalité et à l’expérience désirée par son destinataire. L’expérience utilisateur peut ainsi être enrichie !

Découvrez aussi l’open innovation

3/ Répondre à de vraies problématiques

Pas question de partir au hasard en espérant arriver au bon endroit ! Le design thinking vise juste dès le départ : il répond à un besoin existant, au contraire des méthodes traditionnelles qui s’attachent à le créer. « On imagine des idées créatives pour répondre à de vraies problématiques, en amont de la réalisation », détaille Matthieu Lerat.

Et c’est bien là le plus bel atout d’une méthode plébiscitée par les start-up innovantes comme par les géants de la tech : répondre à une vraie demande grâce à un vrai service, utile pour l’utilisateur. Difficile de trouver plus efficace pour attirer, convaincre et fidéliser. « Sans répondre à un besoin, on ne génère pas de valeur pour les utilisateurs », conclut Matthieu Lerat. « La clé est de générer de la valeur côté business en générant de la valeur côté utilisateur ! »

Retrouvez notre lexique de l’entrepreneur innovant

Révolutionnaire, le design thinking ? Toujours un peu, parfois beaucoup, selon la culture de l’entreprise… En tout cas, pas de quoi effrayer une structure innovante en quête de solutions créatives ! D’autant plus que les résultats sont à la hauteur des efforts consentis. Expérience utilisateur et design thinking forment un tandem qui s’avère bien souvent gagnant !
 

Crédit photo : Unsplash / Nikita Kachanovsky

Autres actualités