Sophie Chappuis : « L’entrepreneuriat est une expérience unique ! »

Rencontre avec l'entrepreneuse Sophie Chappuis, CEO d'e-ophtalmo

Avec 20 ans d’expérience dans l’entrepreneuriat et la création d’entreprise, Sophie Chappuis déborde de créativité. Aujourd’hui, elle est associée-fondatrice et Chief Executive Officer de la start-up e-ophtalmo, plateforme de télémédecine en ophtalmologie. Rencontre avec une entrepreneuse aussi passionnante que passionnée !

Sophie Chappuis, pouvez-vous nous présenter votre parcours ?

Je suis biologiste de formation. J’ai fait une thèse à Lyon en biologie moléculaire et génétique dans le domaine de la cancérologie puis j’ai passé cinq ans dans un hôpital de cancérologie à New York. C’est là que j’ai notamment initiés des « facilities », qui sont en quelque sorte des start-up au sein du centre hospitalier.

De retour en France, j’ai créé ma première société dans le domaine des biotechnologies tout en me formant en parallèle à la création d’entreprise. Au fil du temps, j’ai acquis des compétences en création et direction de TPE et PME.

En 2016, j’ai rencontré le Dr. Chaker Nefzaoui, un chirurgien ophtalmologiste qui m’a présenté le projet e-ophtalmo. Ce projet m’a beaucoup plu, car il sortait des sentiers battus en investissant un nouveau domaine : la télémédecine. Même si je reste dans le domaine médical, j’ai le goût du challenge !

Qu’est-ce qui vous a donné l’envie d’entreprendre ?

C’était une évidence pour moi ! J’ai toujours aimé initier de nouvelles activités, de nouveaux projets… En plus de cela, vivre à New York convertit les entrepreneurs dans l’âme : je suis rentrée des États-Unis avec la volonté de créer une entreprise. Je ne me voyais pas travailler dans le public, ni au sein de grosses structures… Je suis faite pour les start-up !

Comment est née l’idée d’e-ophtalmo ?

La prise de rendez-vous avec les ophtalmologistes est souvent problématique pour les patients diabétiques, alors qu’ils ont besoin d’un rendez-vous annuel afin de dépister la rétinopathie diabétique, une complication fréquente de la maladie. En tant qu’ophtalmologiste, Chaker Nefzaoui a identifié cette difficulté et a souhaité faciliter la vie des patients diabétiques.

Pour mener à bien le projet e-ophtalmo, le docteur Nefzaoui et son associé Philippe Joos cherchaient une personne ayant des compétences de création et de direction d’entreprise. Nous nous sommes rencontrés à l’été 2016 et la société a été créée en décembre !

En tant que femme chef d’entreprise, avez-vous rencontré certaines difficultés ?

Dans des milieux masculins comme l’entrepreneuriat, les femmes ont peut-être plus besoin de faire leurs preuves. C’est une question de tonalité de voix, d’attitude, de façon de s’exprimer… Les femmes sont globalement plus challengées, et plus précautionneuses face à des hommes très sûrs d’eux. Mais finalement, je pense qu’être une femme qui entreprend a autant d’avantages que d’inconvénients ! Tout dépend de la façon dont on voit les choses.

Avez-vous des conseils à donner aux entrepreneuses ?

L’entrepreneuriat est une expérience unique qui n’est pas si complexe : l’essentiel est d’en avoir envie ! Je pense qu’il faut vivre ses rêves et ses passions, et que tant qu’on ne tombe pas dans l’excès, l’entourage le vit bien.

Quelles sont les prochaines étapes de l’évolution d’e-ophtalmo ?

La première est une levée de fonds qui va nous permettre de financer notre développement : une campagne de crowdfunding est en cours actuellement ! De nouvelles applications verront alors le jour, comme le renouvellement de lunettes, le suivi du glaucome, le dépistage de la DMLA… Le principe restera le même, à savoir faciliter et sécuriser l’accès à la télémédecine pour les professionnels de santé, afin de proposer aux patients des parcours de prise en charge accélérés tout en préservant la qualité des soins.

Découvrez aussi les bases d’une campagne de crowdfunding réussie !

Vous sentez vibrer en vous une âme d’entrepreneur ou d’entrepreneuse ? Se rendre à New York n’est pas nécessaire pour passer le pas ! Comme Sophie Chappuis, des formations peuvent vous permettre de concrétiser vos idées. Une chose est sûre : pour innover, l’accompagnement est clé !

Autres actualités